Feb 16th 20

Devrions-nous avoir des frontières ouvertes pour tous?

Instructions: Hit the Play button when you are ready to start. Register an account to change the difficulty level. We would appreciate it if you send us a message to report bugs and give feedback (positive or negative) as we are in our development phase.

Bonjour à tous et merci d’être présent sur ce cinquième épisode de Jaycoot. Avant de commencer, j’aimerais rappeler que nous ne sommes pas un réseau d’informations alors le contenu de nos articles peut être parfois incorrect.

Cet épisode est destiné aux personnes qui veulent apprendre la langue française. Ces épisodes sont donc majoritairement écrits dans l’unique but de faire progresser le vocabulaire et la compréhension orale de nos lecteurs.

Je vous encourage à faire une pause dans la vidéo et prendre un petit moment pour lire les instructions sur l’utilisation du site, si ce n’est pas déjà fait.

Maintenant que c’est dit, nous pouvons commencer…

À moins que vous n'ayez été dans le coma au cours des deux dernières années, je suis sûr que vous avez entendu le mot «Brexit» au moins une fois. Ce terme a vu le jour en 2016 parce que le Royaume-Uni a annoncé qu'il souhaitait se retirer de l'Union Européenne.

L'Union Européenne est un accord entre 27 pays qui est intervenu après la Seconde Guerre Mondiale dans le but de promouvoir la paix. L'un des meilleurs avantages de cet accord est qu'il a créé une sorte de monde sans frontières. Cela signifie que tout citoyen d'un de ces pays peut voyager librement dans les 26 autres pour la raison qu'il juge digne.

Pour l’épisode d’aujourd’hui, nous parlerons des frontières nationales et des raisons pour lesquelles certaines personnes croient qu’elles sont injustes.

Tout d'abord, prenons quelques secondes pour parler de ce qu'est une frontière ...

Une frontière est une ligne réelle ou artificielle qui sépare les zones géographiques. Les frontières sont des limites politiques. Ils séparent les pays, les états, les provinces, les villes et les villages. Une frontière décrit la zone qu'un gouvernement particulier contrôle. Le gouvernement d'une région ne peut créer et appliquer des lois qu'à l'intérieur de ses frontières.

Les frontières - en particulier les frontières nationales - affectent les voyages et les migrations. Les gens peuvent généralement se déplacer librement à l’intérieur des frontières de leur propre pays mais ne peuvent pas entrer dans un pays voisin.

Lorsque les pays voisins ont une richesse et des systèmes politiques similaires, leurs frontières peuvent être ouvertes les unes aux autres. Par exemple, les citoyens des 27 pays de l'Union Européenne peuvent voyager librement entre n'importe lequel des États membres. Seuls cinq membres de l'UE - Bulgarie, Chypre, Irlande, Roumanie et Royaume-Uni - exigent que les voyageurs des autres États membres de l'UE présentent un passeport ou une carte d'identité à la frontière.

Chaque pays a ses propres règles concernant les personnes qui peuvent voyager, travailler et résider à l'intérieur de ses frontières. Les visas et les permis de travail sont des documents gouvernementaux délivrés aux non-ressortissants qui limitent le type de travail ou de voyage qu'ils peuvent effectuer dans le pays et pour combien de temps. Par exemple, les États-Unis émettent des «cartes vertes» - officiellement appelées cartes de résident permanent - qui permettent aux non-Américains de vivre et de travailler à l'intérieur des frontières des États-Unis et d'être protégés par ses lois.

De nombreux militants sociaux croient que, si nous nous soucions vraiment de la pauvreté et de la justice, nous devons commencer à travailler pour un monde de frontières ouvertes à tous à l'échelle mondiale.

Du point de vue de ces militants sociaux, les frontières sont une forme d’apartheid mondial. Ils soutiennent que les frontières préservent le privilège des riches au détriment des pauvres. Ils le font en empêchant le mouvement des personnes les plus pauvres du monde, en limitant leur accès aux ressources et aux opportunités disponibles dans les pays riches.

Des règles d’immigration modernes existent pour permettre aux personnes au pouvoir, d’écarter toute personne jugée «indésirable». Par exemple, la Loi de 1905 sur les Étrangers, a donné à la Grande-Bretagne le pouvoir «d'empêcher le débarquement d'immigrants indésirables», largement reconnu comme ayant pour but de freiner l'immigration juive d'Europe de l'Est, les «migrants indésirables» de cette époque.

De même, le régime frontalier de la Grande-Bretagne vise aujourd'hui à éloigner les personnes indésirables. Dans de nombreuses politiques d’immigration d’aujourd’hui en provenance de pays riches du monde entier, les familles sont régulièrement déchirées parce qu’elles n’ont pas assez d’argent et les gens sont criminalisés simplement parce qu’ils recherchent la sécurité ou une vie meilleure.

Beaucoup de ces personnes ont quitté leur domicile pour des raisons indépendantes de leur volonté, que ce soit le conflit, la pauvreté, l'injustice économique ou le changement climatique. L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés estime que 20 personnes sont forcées de fuir leur domicile chaque seconde.

Dans un monde où l'inégalité est à un niveau que nous n'avons jamais vu auparavant, les frontières modernes sont devenues une forme d'apartheid mondial: séparer qui peut et ne peut pas accéder aux ressources et aux opportunités. Certains de ceux qui sont en faveur de l'ouverture des frontières pensent que cela rendrait le monde meilleur. Selon l’économiste Michael Clemens, l’ouverture des frontières mondiales pourrait doubler le PIB mondial. En effet, le changement de lieu d’activité d'un travailleur vers un lieu plus aisé signifierait qu'il aurait accès à plus de moyens d'être productif avec son temps. Et parce que les travailleurs migrants envoient souvent de l’argent dans leur pays d’origine par le biais de transferts de fonds, la migration peut également avoir un impact positif sur les économies des pays en développement.

Beaucoup de gens qui sont anti-immigration adorent affirmer que les immigrants seront un fardeau pour les contribuables, car beaucoup d'entre eux sont qualifiés pour recevoir un soutien du gouvernement. Mais, selon l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques, dans toute l'Europe, le ménage immigrant moyen contribue plus en impôts que ce qu’ils ont en bénéfice. En d'autres termes, ils paient plus qu'ils ne reçoivent. Cela signifie que le gouvernement profite réellement de leur présence. Par conséquent, il est sûr de dire que l’économie mondiale ne s’effondrerait pas sous un système de frontières ouvertes.

Soyons honnêtes ici. Il est assez évident de voir que la plupart des gens sont déjà en faveur de l'ouverture des frontières quand ce sont eux qui ressentent le besoin de se déplacer. Les Européens ont toujours exercé ce droit. N'oublions pas que des centaines de milliers d'entre eux ont migré en Amérique du Nord aux 17e et 18e siècles. Les citoyens des pays riches continuent de faire de même aujourd'hui. En fait, le contrôle de l'immigration, au sens moderne du terme, est un concept récent. Avant la Loi de 1962 sur l'Immigration du Commonwealth, les gens des pays du Commonwealth comme le Kenya et l'Inde pouvaient venir librement en Grande-Bretagne. Ce n'est qu'en réaction à l'alarmisme xénophobe de personnes comme Enoch Powell que cela a changé.

Le système actuel de contrôles aux frontières est tel que votre lieu de naissance détermine dans quelle mesure vous pouvez exercer le droit à la libre circulation. En tant que détenteur d'un passeport britannique, vous avez le droit de voyager dans 173 pays sans même visa. Si vous venez d'Afghanistan, ce nombre est 28.

On nous dit que la libre circulation mondiale est une utopie. Mais la vérité est qu'elle existe déjà - pour les riches.

Les frontières existent à peine pour le mouvement des capitaux, et les sociétés multinationales peuvent facilement franchir les frontières pour extraire des ressources et exploiter la main-d'œuvre.

Pendant ce temps, les personnes les plus riches du monde peuvent acheter la citoyenneté de nombreux pays, y compris au sein de l'UE. À Chypre, vous pouvez acheter la citoyenneté pour un investissement de 2 millions d'euros, tandis que le Portugal offre la résidence complète et ne demande qu'un investissement de 500.000 euros. Le Royaume-Uni propose également un programme similaire en échange d'un investissement de 2 millions de livres sterling.

Il est fondamentalement injuste que les chefs d'entreprise puissent déplacer des emplois à travers le monde, alors que les travailleurs ordinaires n'ont pas la liberté de se déplacer. Si nous voulons construire un monde avec un fort sens de la moralité, nous devons viser à cesser d'écrire des politiques qui laissent aux pauvres très peu d'options pour se construire une vie meilleure.

Si vous parlez à des gens qui s’opposent à l’ouverture des frontières, vous apprendrez que beaucoup d’entre eux sont contre, car ils pensent que cela entraînera une surpopulation. Ils croient que ceux des pays moins fortunés envahiront rapidement leurs nations en masse au point où il ne restera plus beaucoup de place pour vivre confortablement. Ce qu'ils ne considèrent pas, c'est le fait que si les immigrants savent qu'ils sont libres de faire des aller-retour entre leur pays d'origine et l'étranger, ils sont beaucoup moins susceptibles de se construire une vie permanente dans le pays étranger. Au lieu de cela, beaucoup viendront pendant quelques années pour travailler ou étudier, puis partiront. Nous le savons parce que cela se produit régulièrement dans l'Union Européenne, qui a principalement aboli les restrictions à l'immigration entre les États membres.

En conclusion, nous vivons déjà dans un monde où les frontières sont ouvertes. Le problème est que ce n'est vrai que pour ceux qui réussissent financièrement ou qui naissent dans un certain pays.

Et donc ce sera tout pour aujourd’hui, un grand merci à vous de vous être accroché avec moi durant ce cinquième épisode. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si vous voulez donner votre avis. Je lis tout et j’y réponds. Aussi, je cherche des volontaires qui aiment écrire, que ce soit en anglais ou en français. Si écrire quelque chose pour nos prochains épisodes vous intéresse, envoyez un message.

Prenez-soin de vous!