Dec 9th 19

Les Voitures Autonomes, Sont-Elles Proches?

Instructions: Hit the Play button when you are ready to start. Register an account to change the difficulty level. We would appreciate it if you send us a message to report bugs and give feedback (positive or negative) as we are in our development phase.

Bonjour à tous et merci d’être présent sur ce premier épisode de Jaycoot. Avant de commencer, j’aimerais rappeler que nous ne sommes pas un réseau d’informations alors le contenu de nos articles peut être parfois incorrect.

Cet épisode est destiné aux personnes qui veulent apprendre la langue française. Ces épisodes sont donc majoritairement écrits dans l’unique but de faire progresser le vocabulaire et la compréhension orale de nos lecteurs.

Je vous encourage à faire une pause dans la vidéo et prendre un petit moment pour lire les instructions sur l’utilisation du site, si ce n’est pas déjà fait.

Maintenant que c’est dit, nous pouvons commencer… Notre épisode d’aujourd’hui parlera des voitures autonomes. C’est une idée qui a pas mal été à la mode ces dernières années et qui aurait le potentiel de changer notre quotidien et la manière dont nous vivons chaque jour.

Pendant les quelques minutes qui vont suivre, je vais d’abord raconter d'où vient cette idée, pourquoi elle vaut le coup d’être poursuivie et la probabilité que ce concept devienne une réalité.

Si vous êtes comme moi, vous redoutez chaque matin car il y a toujours un risque de rester bloqué dans sa voiture, dans les embouteillages.

Trouveriez-vous les embouteillages moins pénibles si votre voiture se conduisait toute seule ? Je pense que oui!

Rester bloqué sur la route serait moins un cauchemar si ma voiture pouvait rouler d’elle même. Serait-ce un voeu pieux ? C’est ce que nous allons découvrir…

Grâce à une ambition partagée par Google, Tesla, Apple, Uber et Lyft, conduire jusqu’au boulot pourrait devenir une chose du passé. Ces grosses entreprises technologiques se sont fixées comme but de créer ces voitures totalement autonomes. Elles veulent créer un monde où vous auriez juste à vous glisser dans votre voiture et la laisser vous conduire, sans vous soucier aucunement de ce qui peut se passer sur la route.

Outre leurs gains financiers, ces entreprises pensent que leur travail rendrait service au monde. Il pense que cette invention serait un changement positif. Ils pensent en effet qu’une route sur laquelle chaque voiture, en constante communication les unes avec les autres grâce à leurs algorithmes, empêcheraient bien des catastrophes. D’après vous, ont-ils raison?

Moi, Je travaille à environ 50 kilomètres de chez moi. J’ai fait cette route presque chaque jour jusqu’à mon bureau pendant 3 ans. Et pendant cette période de temps il n’y a pas eu une semaine où je ne suis pas passé à côté d’un accident de voiture.

D’après la NHTSA (agence américaine chargée de la sécurité routière) les erreurs humaines sont les causes majeures d’accident au volant. Dans une étude impliquant plus de 2 millions d’accident, la NHTSA a remarqué que dans 94% de ces cas, la maladresse d’un conducteur était la raison de l’accident.

C’est ce genre de statistiques qui font que les gouvernements encouragent ces entreprises à mener à bien leur projet de voitures autonomes.

Tout à commencé en 2004 quand une agence du gouvernement américain a décidé d’héberger une course d’obstacles sur 230 kilomètres destinées aux voitures sans conducteur. Les résultats ne furent pas très impressionnants, en effet la plus grande distance parcourue était seulement d’à peine 11 kilomètres. Mais quand la récompense s’élève à plus de 2 millions de dollars, on pouvait s'attendre à ce que cela attire l’attention des plus grands ingénieurs.

Cette compétition a eu lieu une deuxième fois en 2005 et cette fois, 5 équipes ont été capables de terminer la course. L’équipe de l’université de Sandford remporta le prix car leur voiture a été la plus rapide à terminer le circuit. Ils ont été mené par un informaticien du nom de Sébastien Thurn. Ce genre de réussite donna à Sébastien assez de crédibilité pour être recruté chez Google où il a eu l’occasion de débuter le projet connu sous le nom de “Google X”

Plus tard, en 2016, ce projet s’est transformé en une entreprise nommée Waymo.

De nos jours, Waymo est très testée dans la ville de Phoenix dans l’Arizona. Les personnes vivant dans cette partie des États-Unis peuvent avoir la possibilité de se faire conduire par un taxi sans chauffeur par le service de Google. Le problème est que, il ne peut pour l’instant rouler que dans certaines zones.

Mais quand est-ce que la grande publique va pouvoir acheter ce genre de voiture? C’est ca qu’on aimerait a savoir!

Lors d’une interview avec Elon Musk (PDG de Tesla) il a affirmé “Nous avons la pleine capacité de conduite autonome” en se référant aux fonctions de sa voiture autonome. Mais n’ayez pas trop d’espoir, ce n’est encore qu’une des exagérations d’Elon Musk. En réalité, quelques personnes sont déjà décédées lorsqu’elles conduisaient leur Tesla en mode automatique.

Pour comprendre à quel point les voitures autonomes sont loin de la consommation de masse, nous allons nous pencher sur le graphique d'Eric Paul Dennis.

Eric Paul Dennis est un ingénieur professionnel agréé. Il a beaucoup étudié l’automatisation de la conduite dans le but de fournir une orientation politique pour les agences publiques, comme analyser comment le secteur privé peut-être affecté par cette politique publique émergente. D’après ses recherches, les véhicules peuvent être classés dans 6 différents niveaux d’automatisation. Ils sont, dans l'ordre: Niveau 0 – Pas d’automatisation… Ce niveau décrit votre voiture de tous les jours. Seulement votre régulateur de vitesse qui vous aide lors de longs trajets et qui vous empêchent de dépasser la vitesse autorisée. Presque chaque voiture peut aujourd'hui offrir une technologie automatisée de niveau 0.

Niveau 1 – Aide à la conduite… Là dedans vous pouvez trouver votre régulateur de vitesse et une assistance au volant pour vous aider à lutter contre la fatigue au volant. L’aide à la conduite va garder une distance de sécurité suffisante entre vous et le véhicule en face. Grâce à une technologie à base de radars et de détecteurs qui freinent la voiture quand la circulation ralentie et la remettront à la bonne vitesse lorsque le trafic reprendra. L'assistance au maintien dans la voie vous aidera à revenir à votre place si vous vous en éloignez un peu. Ces fonctionnalités vont aider le conducteur mais requièrent tout de même un contrôle humain. Vous pouvez trouver un niveau 1 d’autonomie dans la plupart des voitures aujourd'hui, comme dans la Toyota Corollo 2018 ou encore la Nissan Sentra 2018.

Niveau 2 – Automatisation partielle… C’est là que ça devient intéressant. Même si le conducteur doit avoir les mains sur le volant et doit être prêt à prendre le contrôle de son véhicule à tout moment. Le niveau 2 d’automatisation peut aider à contrôler la vitesse du véhicule et à le conduire. Ça va vous aider avec le trafic qui s’arrête et qui repart sans arrêt en maintenant une distance de sécurité suffisante entre vous et le véhicule d’en face. Cela va aussi vous aider à centrer votre voiture dans sa voie. Ces fonctionnalités sont comme un don du ciel pour les conducteurs. Quelques exemple des véhicules disposant du niveau 2 d’automatisation : Tesla Autopilot, Volvo Pilot Assist, Audi Traffic Jam Assist.

Niveau 3 – Automatisation conditionnelle C’est la que se dessine la ligne entre le… présent et le futur technologique. Les véhicules disposant de ce niveau sont capables de se conduire en autonomie mais sous certaines conditions et contraintes, comme un accès limité à certaines autoroutes dû aux problèmes de vitesse. Même si les mains ne sont pas sur le volant, les conducteurs doivent quand même être présents au cas où les conditions de la route ne soient pas idéales.

Niveau 4 – Automatisation élevée...Les véhicules disposant d’une automatisation de niveau 4 sont capables de se conduire en autonomie sans aucune interaction avec un humain (à part pour choisir la destination). Mais l’automatisation ne marchera que pour les cas d’utilisation connus. On est pas loin de voir des véhicules sans conducteur sur la voie publique.

Niveau 5 – Autonomie pleine...A partir de ce niveau 5, nous pouvons voir l’apparition de véritables voitures sans conducteur. La voiture devrait être en mesure de se conduire et de se manœuvrer toute seule sur toutes sortes de route et ne devrait avoir besoin d'aucune aide humaine, ce qui éliminerait l’utilité d’un volant et des pédales.

Les voitures d’aujourd’hui accessibles au grand public se situeraient entre le niveau 2 et le niveau 3.

Il y a quelques années, l’industrie de l’automobile a déclaré avec présomption que le niveau 5 d’autonomie devrait arriver en 2020 ou 2021. Mais la tâche s’est avérée plus compliquée que prévu. Cette prévision est de plus en plus repoussée suite aux tests effectués sur la route par ces grosses entreprises.

La derniere épreuve que les voitures autonomes doivent surmonter pour devenir un realité est d’obtenir la confiance du grand public.

Pendant que les entreprises comme Waymo, Uber et Tesla font la course pour être les premiers à construire cette voiture pleinement autonome, le grand public ne sait pas encore s’il compte en acheter une.

Environ 71% des Américains se disent ne pas faire confiance à une voiture se conduisant elle-même, suite à une étude de l’Association Automobile Américaine (AAA). Le pourcentage a augmenté de 8% comparé à l’étude de l’année précédente.

Seulement 19% des gens se disent capables de mettre leurs enfants ou un membre de la famille dans une voiture autonome.

Dans l'ensemble, les données montrent que les gens ne sont pas convaincus malgré l’innovante idée sur le papier.

Malgré tout, 53% des personnes interrogées ont dit être confiantes avec les navettes qui se pilotent toute seule comme dans les parcs à thème, et 44% se sont dit pour la création d’un food-truck autonome.

C’est dur de comprendre pourquoi les gens pensent de cette manière. Cela peut simplement être la peur de l’inconnu ou cela peut être dû aux nombreuses actualités à propos des accidents de véhicules autonomes.

En conclusion, la technologie de la conduite autonome a énormément évolué depuis le concours en 2004. En effet les voitures aujourd’hui peuvent adapter leur allure, leur place dans la circulation, se garer et faire plein d’autres choses encore. Mais nous ne sommes pas encore au point de pouvoir faire une sieste pendant que la voiture nous conduit à destination. Et pour l’instant personne ne peut dire si nous verrons ce projet rapidement ou non.

Et donc ce sera tout pour aujourd’hui, un grand merci à vous de vous être accroché avec moi durant ce premier épisode. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si vous voulez donner votre avis. Je lis tout et j’y réponds. Aussi, je cherche des volontaires qui aiment écrire, que ce soit en anglais ou en français. Si écrire quelque chose pour nos prochains épisodes vous intéresse, envoyez un message.

Prenez-soin de vous! Bye!